Nice-Digne, 100 ans du Train des Pignes

Expositions, Publications

Exposition présentée à Villars-sur-Var (Auberge Alpes-Azur) du 1er juillet au 30 septembre 2018

Le centenaire de la ligne Nice-Digne est l’occasion de retracer la naissance et l’existence de ce parcours de 151km. Volontés politiques, exigences militaires, enjeux économiques et retombées touristiques sont présentés par de nombreux objets et documents L’histoire du réseau de la Compagnie Sud-France, devenue Chemins de fer de Provence, est longue et complexe. Elle est, en fait, le reflet d’une histoire nationale riche et fluctuante, marquée notamment par les évolutions des choix tactiques du Ministère de la Guerre. Pour convoyer au mieux hommes, matériels et ravitaillements, sur la frontière des Alpes, l’Etat-Major avait souhaité disposer d’un réseau ferré donnant accès aux hautes vallées, articulé avec des lignes principales, entre les places de Méditerranée comme Nice et Toulon et les places alpines comme Grenoble et Briançon. Pour l’établir au plus vite et à moindre coût, on retint finalement l’écartement métrique et l’on dressa un programme de construction extrêmement ambitieux qui couvrait tout le Sud-Est entre le Rhône, la mer et les crêtes.Les premières liaisons furent assez rapidement livrées, entre Nice, Toulon et Aix, ainsi que les sections Digne – Saint André et Nice – Puget-Théniers, ouvertes à la circulation des trains dès 1892. Restait à établir la jonction entre les vallées du Var et du Verdon par la Colle Saint Michel. Ce considérable chantier, comportant de nombreux et spectaculaires ouvrages d’art, dont le « S » du Fugeret ou le tunnel de 3457 mètres sous le col, fut mené à bien en quelques années, malgré les inévitables difficultés financières, techniques et administratives. C’est l’ouverture complète de la ligne entre Nice et Digne, en août 1911, dont nous avons voulu célébrer le centième anniversaire.

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux !

Catégories

Share This