Histoires d’une frontière (2010)

18,00 

Non disponible

Rupture de stock

Catégorie :

Description

Depuis la Dédition de 1388, le tracé des frontières dans les Alpes méridionales n’avait pas beaucoup varié, à l’exception de retouches, comme la cession de la vallée de Barcelonnette en 1713 à la France ou encore d’Entraunes, St Martin d’Entraunes et le Mas en 1718.

Cependant au XVIIIe s, le concept de la linéarité s’impose. On souhaite rompre avec la politique des « terres pêle-mêlées » ou des enclaves selon Vauban pour répondre à des nécessités stratégique. En signant le Traité de Turin, le 24 mars 1760, le chevalier Ossorio, premier ministre du Royaume de Sardaigne, et le marquis de Chauvelin, ambassadeur de France à Turin, apportent de considérables modifications à une frontière capricieuse. Le nouveau tracé s’appuie sur des éléments topographiques beaucoup plus affirmés : ligne de partage des eaux entre Var et Verdon du col de la Cayolle à Daluis, succession de crêtes et de vallons entre Daluis et la confluence Riolan/Esteron, cours de l’Esteron jusqu’à sa confluence avec le Var, enfin cours du Var jusqu’à son embouchure.

Le Traité de Turin s’accompagne du maintien de formes locales de jurisprudence et surtout en vertu du décret du 19 Juillet 1770, du maintien de l’usage du français.

Le 24 mars 1860, un nouveau traité est signé. Victor-Emmanuel II et Napoléon III conviennent qu’en contrepartie de l’aide militaire française à la libération de l’Italie du Nord occupée par l’Autriche, les provinces de Savoie et de Nice seraient annexées à la France. En conservant ces territoires de chasse en haute Tinée, Vésubie et Roya, le souverain Victor Emmanuel s’assure un glacis protecteur au revers des crêtes qui ceinturent le Piémont et Turin, sa capitale. Oubliés les beaux attendus de 1760 qui proposaient d’établir les limites de souveraineté sur la ligne des monts ou celle des eaux pendantes !